jeudi 25 novembre 2010

Le dessin et le processus de création chez Véronèse


ans la langue italienne, le terme « disegno » possède deux sens. Il définit à la fois les mots «dessin» et «projet». Ces deux termes sont intimement liés à la pratique artistique d’un artiste comme Paolo Véronèse. Le dessin sous ses diverses formes était d’une extrême importance dans l’œuvre de Véronèse, tant au niveau pratique que conceptuel que dans les méthodes de travail employées par son atelier.
Divers types de dessin sont utilisés par Véronèse et ses apprentis dans le processus de création d’une œuvre peinte. Il y d’abord les « primo pensieri »,ces esquisses initiales et rapides servant à explorer les divers sujets et compositions. Ensuite viennent les études préparatoires, plus élaborées qui formalisent l’idée de départ. Finalement, le dessin à main levée qui est appliqué à la peinture à l’huile noire directement sur la toile. D’autres types de dessin ont également dû être employés, tels que ceux qui aideront à transférer des éléments de la feuille de papier à la toile ou encore ceux, appelés ricordi, qui serviront à documenter les œuvres une fois qu’elles sont complétées. Ces dessins marquent les étapes du processus de création de l’artiste et nous permettent de mieux comprendre comment ce dernier conçoit et compose ses œuvres.

Véronèse obtient une grande popularité et ce, très tôt dans sa carrière. Sa production artistique est très variée. Les peintures sur toile, les peintures sur support de bois et les fresques sont toujours en demande. Véronèse et son atelier réalisent plusieurs commandes simultanément. Son atelier fonctionne de manière efficace car chacun de ses membres joue un rôle précis dans la mise en œuvre des différents projets. Les dessins conçus lors des étapes initiales de la création d’une peinture sont au centre des pratiques collaboratives de l’atelier. Plus tard, certaines toiles, inspirées des dessins de Véronèse, sont créées presqu’entièrement pas les membres de l’atelier. Ces derniers, sous les conseils judicieux du maître, transposaient les dessins sur la toile et réalisaient, en grande partie, les applications de peinture. Véronèse, à chaque étape, s’assurait de la qualité de l’œuvre qui porterait son nom.
Le Retable Petrobelli appartient à une période de la carrière de l’artiste où l’aide d’apprentis était minimale. La plus grande partie du travail était donc réalisée par Véronèse. Même si aucun dessin préparatoire n’a survécu, il semble acquis que plusieurs types de dessin ont été nécessaires à la création de ses œuvres. Que l’on pense à des dessins tels qu’un schéma général de l’ensemble de l’œuvre, des croquis rapides, des études détaillés des personnages clés, des portraits dessinés des mécènes ou encore des dessins d’après modèle vivant pour la figure du Christ et fort probablement pour celle de saint Michel.
Cette section, divisée en trois parties, explore l’utilisation du dessin et la participation de l’atelier dans le processus de création de Véronèse. Puisqu’il n’y a aucun dessin préparatoire au Retable Petrobelli, les premières sections se pencheront sur deux autres toiles de l’artiste de la collection du Musée des beaux-arts du Canada ainsi que sur quelques dessins reliés appartenant à d’autres institutions. Cette section permet donc d’explorer les méthodes de travail et les dessins utilisés par l’artiste et son atelier. La troisième composante de cette section présente une reconstruction des étapes de la composition du Retable Petrobelli. Les preuves visuelles révélées pendant la restauration et par les méthodes d’imagerie à l’infrarouge informent chacune des étapes de cette dernière composante.
Réflectographie à l’infrarouge de la section représentant le Christ et l’ange à la droite de ce dernier



Cette image montre le dessin initial sous jacent à la peinture. Le Christ était probablement le premier dessin figuratif à être transposé sur la toile. Les lignes verticales représentent des marques de référence sur la toile organisées autour de la ligne centrale qui divise le tableau. Cette dernière passe au centre du visage du Christ. Ces lignes de référence permettent un transfert précis de l’étude figurative sur la toile afin de s’assurer que les proportions du Christ sont adéquates en fonction des proportions des personnages de la partie inférieure du tableau.
L’ange à la gauche du Christ, dessiné à main levée à la peinture à l’huile noire, est à l’image du style de dessin gestuel typique de l’œuvre de Véronèse.

Le repos pendant la fuite en Égypte

Deux types de dessin préparatoire existent pour Le repos pendant la fuite en Égypte du Musée des beaux-arts du Canada. L’étude de ces dessins et des liens qu’ils entretiennent avec l’œuvre peinte offre des renseignements importants sur le processus de création utilisé par Véronèse et sur la manière dont ce processus prend forme dans l’atelier de l’artiste.
Le repos pendant la fuite en Égypte a été peint vers les années 1570, à un moment où les commandes abondaient et nécessitaient une plus grande participation de l’atelier. Cette œuvre démontre que les assistants de Véronèse ont participé à chaque étape de sa création. Leur présence est observable à partir des premières esquisses sur la toile jusqu’aux retouches finales. La main de l'artiste est également visible dans certaines sections importantes de la toile telles que le visage de la Vierge, l’enfant Jésus ainsi que l’ange à la droite du tableau. Le dessin préparatoire du British Museum qui a inspiré l’œuvre du Musée des beaux-arts du Canada a été réalisé par Véronèse lui-même, tandis que l’esquisse sur la toile d’Ottawa est possiblement de la main du frère de l’artiste, Benedetto. Ce dernier aurait utilisé une peinture à l’huile noire pour créer le dessin préparatoire sur la toile. D’autres types de dessins sont aussi visibles ailleurs dans l’œuvre. Par exemple, la forme de la ruine à été incisée dans le gesso encore humide et le dessin de l’ange semble avoir été transféré à l’aide d’un carton.
Dans les œuvres autographiques, Véronèse modifie sa composition à chaque étape de création. Le repos pendant la fuite en Égypte présente certains dessins dynamiques sous ses couches pigmentaires mais ces dernières ont été appliquées de manière plus méthodique et moins spontanée.
Les œuvres suivantes, sur le même thème et liées entre elles, illustrent les méthodes de travail employées par l’atelier de Véronèse.

Primo Pensiero
Cette feuille remplie de petits dessins démontre comment Véronèse explore diverses variations d’un même thème, celui de la Vierge et l’enfant. Ces dessins ont servi de points de départ à deux œuvres portant sur Le repos pendant la fuite en Égypte, celle du Musée des beaux-arts du Canada et celle du John and Mable Ringling Museum of Art, situé à Sarasota. Au centre de cette feuille, nous retrouvons la composition de l’œuvre d’Ottawa.
Ce type d’esquisses préliminaires, communément appelé « primo pensiero » (première pensée), permet visuellement à l’artiste de travailler plusieurs compositions. Les lignes dynamiques de ce dessin ne font que suggérer les volumes et les personnages car à cette étape du processus de création, il n’y a pas lieu de développer les formes de manière précise. Cette feuille, conservée à l’atelier, servira également de document de référence pour d’autres œuvres réalisées par l’artiste et ses apprentis.

Agrandir l'image
Paolo Véronèse
Croquis de la Vierge et l’enfant
The Cleveland Museum of Art, Cleveland, Ohio, USA
20.5cm x 23.4cm
View info


Dessin préparatoire

L’œuvre du British Museum reprend et formalise un des dessins de la feuille du Cleveland Museum of Art. Ce dessin préparatoire est aussi un des dessins qui aurait été utilisé dans l’élaboration du tableau du Musée des beaux-arts du Canada. Les personnages de ce dessin sont plus détaillés et de taille plus grande que ceux de Cleveland. De plus, les lavis sombres avec rehauts à la craie sur un papier teinté permettent dans le dessin du British Museum de représenter les volumes et le modelé suggérés par les effets d’ombre et de lumière. Au premier abord, ce dessin et l’œuvre peinte du Musée des beaux-arts du Canada semblent différents. Par contre, les études techniques faites sur la peinture ont permis d’établir certaines similitudes. La personne en charge de dessiner la Vierge et l’enfant sur la toile, fort probablement Benedetto, a adapté le dessin de Véronèse. Au cours de la réalisation de l’œuvre peinte, le dessin préparatoire a été délaissé. La jambe droite de la Vierge en témoigne. La forme de cette jambe est mieux résolue dans l’œuvre du British Museum. Elle l’est moins dans celle d’Ottawa.



Agrandir l'image
Paolo Véronèse
Repos pendant la fuite en Égypte,
V. 1565-1570
The British Museum, London
View info


Dessin initial sur la toile, sous les couches de peinture

Par l’entremise de la réflectographie à l’infrarouge, il est possible de voir le dessin préparatoire sur la toile, réalisé à la peinture à l’huile noire. Ce détail montrant une partie de la jupe de Marie, visible par la réflectographie à l’infrarouge, est superposé à la section correspondante de l’étude préparatoire du British Museum. Les deux dessins s'alignent dans cette section de l'œuvre. La similarité entre les deux dessins vient appuyer l’idée que l’œuvre du British Museum a été utilisée dans le processus de planification de la composition de la toile du Musée des beaux-arts du Canada. Les différences observables ailleurs sur la toile démontrent que le dessin préparatoire du British Museum n’a pas été fidèlement suivi, ce qui suggère que l’atelier a grandement collaboré à la création de l’œuvre peinte.

Agrandir l'image
Image composite du dessin du British Museum et d’une réflectographie à l’infrarouge du Repos pendant la fuite en Égypte, du Musée des beaux-arts du Canada.
View info



Peinture - Le repos pendant la fuite en Égypte

Le repos pendant la fuite en Égypte, une fois terminé, présente moins de similarité avec le dessin préparatoire du British Museum. Les couches de peinture ont modifié considérablement le croquis préliminaire réalisé sur la toile. Pendant le processus de création de l’œuvre peinte, certains aspects logiques ont été abandonnés et cela, même dans les sections où l’esquisse sur la toile était similaire à celle du dessin préparatoire. Ceci pourrait s’expliquer par une plus grande participation de l’atelier lors des étapes de production de l’œuvre. Malgré cela, cette œuvre aux qualités esthétiques indéniables met en évidence l’esprit inventif hors du commun de Véronèse.




Œuvre finale
Agrandir l'image
Paolo Véronèse et son atelier,
Le repos pendant la fuite en Égypte, vers 1560-1583
163,5 x 263 cm,
Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa.
View info






http://cybermuse.gallery.ca/cybermuse/enthusiast/veronese/process/flight_egypt_f.jsp